Crowdfunding

Si ce site (entièrement gratuit) vous plait, vous pouvez contribuer à son développement avec un petit don...Cela participera à son entretien, aux frais de gestion, à l'achat de matériel pour les vidéos notamment...

Résumé colloque Eaubonne 2000

Écrit par Laurent SBEGHEN le . Publié dans Entrainement et pédagogie


Le 19 mars 2000 Alain Tronqual était à Eaubonne pour un colloque organisé par les comités départementaux des Yvelines et du Val d’Oise. Il s’agissait là de la première intervention en Ile de France du responsable national de la longueur qui compte poutant à son actif une soixantaine de colloques en Province.

Alain Tronqual est (ndlr :fut) l’entraîneur, entre autres de Kader Klouchi. (Nous retranscrivons un résumé de son intervention. (NDLR : merci de me préciser qui a écrit cet article pour que je crédite)

11665 big

 1. Aspects biomécaniques et techniques

La distance parcourue par le centre de gravité lors d´un saut est la somme :

  1. de la distance parcourue en avant du pied d´appel alors que le pied est en contact au sol
  2. de la distance parcourue en suspension (aucun appui au sol)
  3. de la distance gagnée à l´atterrissage

Au cours du siècle, la technique de la longueur a évolué vers une optimisation des distances 1 et 3 ainsi a t´on vu apparaitre

  • Des sauts avec des angles d´envol plus fermés autorisés par de plus grandes vitesse d´approche.
  •  Les techniques de ciseau et de double ciseau pour enrayer les fortes rotations avant produites par les impulsions plus à plat, buste dans l´axe de la jambe d´appel.
  • Des techniques d´atterrissage sur un pied avec les épaules en arrière du bassin au moment de l´impact au sol.

Alain Tronqual a développé ce qui selon lui constitue les quatres fondamentaux techniques de la discipline :

  1. créer une grande vitesse d´approche (en ayant un soucis de précision)
  2. produire une impulsion (en passant vite en translation autour du pied au sol mais en quittant le sol le plus tard possible pour amener le centre de gravité le plus loin en avant du pied au sol)
  3. s´équilibrer en suspension pour aller toucher le sol le plus loin possible (enrayer la forte rotation avant produite à l´appel)
  4. prendre appui à l´atterrissage pour retomber en aval du contact initial.

Si la performance résulte principalement de la vitesse d´approche et de la qualité de l´impulsion, l’importance de l´équilibration en l´air et de l´atterrissage ne doit pas être sous estimée :

  • d´ une part car il s´agit de la véritable spécificité de la discipline
  • d´autre part car la capacité à s´équilibrer et à atterrir permet à l´athlète de se libérer et d´aborder la planche à grande vitesse sans appréhension. (Bien des fautes dites "d´impulsion" résultent en fait de la non maitrise de ce qui suit).
  • en outre il convient de rappeler que pour un saut à 8 m, la distance en suspension n´est "que" de 6 m 50.

Nous ne détaillerons pas ici la description et l´analyse biomécanique des séquences techniques du saut en longueur, Alain Tronqual ayant écrit des articles détaillés sur le sujet dans le classeur fédéral ainsi que dans le n°152 de la revue AEFA.

2. Séance sur le terrain

Il fut intéressant de voir comment la théorie se traduisait en exercices et en consignes sur le terrain lors de la séance qu´Alain Tronqual animât en fin de matinée avec les athlètes présents.

Après un échauffement, la séance débuta par des éducatifs sur l´atterrissage sur sol dur (piste) puis au sautoir. A l´instar de ce qui se pratique en hauteur ou sur les haies, Alain Tronqual préconise d'aborder très tôt dans l´apprentissage cet aspect du mouvement qui provoque de l´appréhension chez le débutant et l´empêche de se libérer à l´abord de la planche.

  1. Pour apprendre à se réceptionner en amortissant la chute : debout, venir s´asseoir sur les talons en pliant les genoux dégager les jambes tendues vers l´avant.
  2. faire un pas, fléchir sur la jambe avant, la jambe arrière revient au ras du sol puis se tend vers l´avant
  3. faire deux sauts verticaux sur place puis venir s´asseoir sur les talons en pliant les genoux dégager les jambes tendues vers l´avant
  4. idem en faisant deux sauts horizontaux
  5. prendre une ligne comme repère, rester gainé et sauter pieds joints sur place, en avant, en arrière puis en avant de cette ligne. Sur le dernier saut les épaules sont en arrière des pieds plier les genoux, s´asseoir et dégager les jambes tendues
  6. prendre la largeur d´un couloir comme repère, faire un écart de jambe, le talon de la jambe avant bien en appui sur le sol faire revenir la jambe arrière au ras du sol vers l´avant, fléchir sur la jambe en avant
  7. faire un petit cloche pied (1 largeur 1/2 de couloir), fléchir sur la jambe de réception dégager la jambe libre vers l´avant
  8. au sautoir, impulser du haut d´un plinth en quittant le plinth le plus tard possible, faire un pédalage rapide se réceptionner sur une jambe (celle de l´appel) plier le genou et dégager la jambe arrière vers l´avant

Lors de ces éducatifs les consignes étaient :

  •  « soyez vite au début du mouvement et lent sur la fin » pour bien amortir
  •  « au fur et à mesure placez votre tronc en arrière à la réception »

Fidèle à sa conception de l´apprentissage, Alain Tronqual a ensuite proposé aux athlètes des sauts globaux en ciseau avec un élan progressivement augmenté :

4 foulées d´élan - 5 m départ pied appel devant,
6 foulées d´élan - 10-12 pieds de plus
8 foulées d´élan - 12 pieds de plus
10 foulées d´élan - 13 pieds de plus

Au fur et à mesure que les athlètes enchainaient les sauts, il dispensait ses consignes :

  • « rythmez vos foulées 1-2-3-4-5-6 » (le rythme terminal est fondamental, il permet de résoudre sans en parler la difficulté technique de l´avant dernier appui)
  • « grandis toi à l´impulsion, si tu mesures lm75, tu dois mesurer lm80 au moment où ton pied quitte le sol »
  • « ramène vite le genou de ta jambe d´appel vers le haut et vers l´avant »
  • « vite dans les pédalages dissociez bien les jambes l´une monte l´autre descend »
  • « engage tes fesses par rapport aux épaules au moment d´atterrir (pas seulement les pieds par rapport aux fesses) »
  • « à la réception ne bloquez pas vos genoux, pliez les genoux et chassez vos talons vers l´avant »

Beaucoup de débutants éprouvaient des difficultés à rythmer à l´approche de la planche, Alain Tronquel réduisait alors la longueur de leur course d´élan de quelques pieds. Les progrès étaient immédiats.


3. L´entraînement

Entraînement, c´est "donner de l´entrain" dit Maurice Houvion - L´entretien de la motivation sera d´abord le ´fil conducteur" de chaque entraînement .

Dans l´après-midi, Alain Tronqual a évoqué l´entraînement du sauteur en longueur. Il distingue 5 axes principaux de travail.

  • Vitesse
  • détente
  • technique
  • condition physique générale
  • force gainage

On peut dire que l´entraînement du sauteur en longueur ressemble à 80% à celui du sprinteur. Il n´a pas besoin de s´investir dans un travail technique axé sur le départ en start mais dès que le sauteur fait de la vitesse, on doit garder en tête la nécessité d´être précis dans ses courses d´élan.
La capacité à anticiper, à moduler ses foulées peut se travailler dès l´échauffement en demandant par exemple de passer à chaque tour lors du footing pied d´appel devant un repère (poteau, ... ). Lors des accélérations placer les plots de façon aléatoire et demander un passage pied d´appel devant ces plots.
Sur les courses d´élan sur 6 foulées par exemple vérifier la largeur de l´élan de 7m50 à 9m50 l´athlète doit s´adapter.

Le sauteur en longueur doit maîtriser 4 techniques différentes de course :

  1. course jambes tendues (pas de l´oie) similaire à la conduite de la jambe d´appel sur la planche
  2. foulées pose pied à plat avec légère flexion de la jambe (avant dernier appui)
  3. course en cycle avant (permet de sauter sans allonger la dernière foulée)
  4. course d´accélération avec des appuis rapides mais complets

La détente : (bondissements, sauts de haies ... ) se trouve à la jonction entre le travail de vitesse et de technique.

Alain Tronqual accorde une place fondamentale au travail gymnique de gainage, il faut faire preuve d´imagination pour changer fréquemment les exercices afin de prévenir les phénomènes d'adaptation. Le gainage gymnique constitue la base du travail en musculation.
La musculation : avant d´augmenter les charges, il faut que le sauteur passe quelques séances à mobiliser les charges précédentes plus rapidement.

Tags: colloque eaubonne 2000 tronqual

Commentaires  

0 #2 sbeghen 08-10-2015 08:54
Alors là je dis 100000000 merci ! déja pour votre message mais surtout sur votre contribution ! je ne sais pas quoi faire pour vous remercier, sinon de vous dire merci merci et de continuer dans ma démarche.
Très sportivement
Laurent
Citer
+1 #1 EGGER 08-10-2015 08:44
Bonjour je m'appelle Ostian EGGER j'entraine les sauts au levallois sporting club et c'est moi qui avait écrit cet article pour le compte de l'AEIFA

j'adore la démarche de partage qu'il y a derrière votre site , je suis en phase avec une grande partie de votre approche d'entrainement et J'ai particuliérement apprécié votre article introspectif suite à votre perf au championnat du monde master
j'ai fait un petit don pour soutenir votre démarche peu commune dans notre monde assez fermé
merci et bravo
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Partagez !